Boire un maté... au Chili

3 min de lecture

Chili Maté

Aussi surprenant que cela puisse paraître, le maté est particulièrement populaire dans certaines régions du Chili. Pas si improbable que cela quand on sait que ce pays partage plus de 5000km de frontières avec l’Argentine.

Le maté se boit en Argentine, en Uruguay, au Paraguay, au Brésil... Et au Chili

L’histoire raconte que le maté a été apporté au Chili par les immigrants Britanniques à la fin du XIXe siècle. Alors habitués à consommer du thé, les colons l’ont rapidement remplacé par une plante bien plus répandue dans sud de l’Amérique : la yerba maté.

Chili Yerba Maté

Cette habitude, acquise pendant l’époque coloniale, est restée ancrée dans certaines zones du pays : le sud ainsi que les régions rurales. Le maté y est consommé dans un contexte de partage. Mais il y est également bu pour lutter contre les longues et froides journées d’hiver.

Le maté conquiert les jeunes Chiliens

Souligné par le journal chilien El Mercurio, le maté est de plus en plus adopté par les étudiants, les travailleurs, les amateurs de cuisine naturelle ainsi que les sportifs. Ce public s'approprie cette boisson pour ses effets énergisants.

L'artiste et cuisinière Connie Achurra anime une émission de télé chilienne et est ambassadrice de la campagne #Todoestaenelmate pour encourager la consommation de maté au Chili.

« Je suis cuisinière, je me consacre à la cuisine saine, j'ai le programme Cómo me sano sur la 13 (numéro de la chaîne) et j'en suis venue à la campagne pour le maté parce que je suis une vraie matera depuis longtemps. À ce propos, j'ai incorporé des recettes de maté dans la pâtisserie et elles ont été très divertissantes. C'est une façon de donner de la saveur de façon naturelle sans avoir à mettre beaucoup de choses en plus ».

Chili Cocktail Maté

Un autre ambassadeur de la campagne est le mixologue Miguel Gonzalez, plus connu sous le nom de « el maldito barman » (« le maudit barman »). Depuis le bar du Café San Juan, situé dans l'Avenida Bilbao, González prépare des cocktails avec des produits non traditionnels, tels que le huesillo, différentes variétés de thé, dont le kombucha, et maintenant le maté.

« Je connais le produit, je suis un consommateur et ma famille aussi, c'est facile pour moi ».

Ne rate pas notre liste de cocktails au maté : 4 recettes de cocktail au maté

Cette tendance s’observe particulièrement puisque l’on voit éclore de plus en plus de lieux dédiés à la consommation de cette boisson au Chili.

Les 5 endroits pour boire du bon maté au Chili

1. Café Palermo (Santiago)

Si tu veux boire un vrai maté comme ils le font en Uruguay, tu devras aller au Café Palermo. Un restaurant du barrio Italia.

Il a été ouvert en 2014 par l'Uruguayen Emiliano Palermo et est dirigé par Pablo Viñolo.

2. La Argentina Pizzería (Santiago)

Dans le barrio Italia également, ce lieu a été ouvert pour qu'on s'y sente comme à Buenos Aires.

En effet, à La Argentina Pizzería, tu pourras non seulement aller manger les excellentes pizzas du chef Juan Manuel Pena Passaro, mais aussi y boire de l'excellent maté.

3. Café Ayün (Santiago)

Il y a un peu plus d'un an, le Café Ayün, qui en Mapudungun signifie amour, a ouvert ses portes dans le quartier El Aguilucho de Providencia.

Comme son nom l'indique, tout y est fait avec amour : on t'y accueille toujours avec le sourire, les produits sont de première qualité, et en plus, les animaux y sont les bienvenus.

On y trouve un grand menu de thé, d'infusions, de café, de jus naturels, de café glacé et de chocolat chaud et... du maté.

4. Mate Bar (Lonquimay)

Au milieu des Andes, Lonquimay est situé dans la région d'Araucanía. C'est là que l'ingénieure agronome Natalia Carlsson a ouvert le Mate Bar il y a cinq ans, dans le but de sauver la tradition de cette région.

C'est une maison en bois entourée d'une forêt de chênes située au bord de la route.

5. Cafe de Mayo (Coyhaique)

L'une des villes qui préserve le plus la tradition de boire du maté est Coyhaique.

Là, près de la place centrale de la ville, se trouve une cafétéria décorée de théières et de tasses en faïence suspendues au plafond.

Il appartient à l'espagnole Maria Dolores Altamirano, venue dans la capitale de la région d'Aysén par amour.

D'autres articles qui pourraient t'intéresser